Dora de Minaverry. Itinerarios de una heroína trans.

16_tipo_dora

(C) Minaverry

Article en espagnol paru dans la revue Babel. Littératures plurielles, nº 37, Lo “trans-” y la ficción hispanoamericana contemporánea, Université de Toulon, 2018.

Résumé

Cet article est une proposition de lecture des deux premiers tomes du roman graphique d’Ignacio Minaverry, Dora (Editorial Común, 2009 et 2012), à partir de l’essai de la philosophe spinoziste Chantal Jaquet, Les transclasses ou la non-reproduction (PUF, 2014). Dans Dora, la construction d’une identité trans part de l’ancrage dans l’histoire familiale des héroïnes vers l’émancipation, à partir des premières expériences sexuelles et d’une façon d’agir transgressive. Nous verrons, tout d’abord, comment les motifs de l’infiltration et de la clandestinité construisent l’identité trans de Dora. Nous explorerons, ensuite, la tension entre le visible et l’invisible dans le rapport des personnages féminins aux espaces qu’elles parcourent et habitent. Enfin, nous observerons comment, dans le second tome, le passage d’une voix narrative solitaire à un entrelacs polyphonique renforce la construction d’une poétique trans, déjà initiée dans le premier. Au fil de cet article, nous suivrons également le fil conducteur du mythe de Pandore, tisseuse originelle, comme symbole de la transgression, condition sine qua non pour accéder à la connaissance.

La suite ici.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s