Regards sur No

Regards sur No, ouvrage dirigé par Dominique Casimiro et Arnaud Duprat vient de paraître aux PUR. Puisse ce beau travail collectif apporter un dernier éclairage aux candidats au CAPES d’espagnol pour ces deux dernières semaines de révisions.

SOMMAIRE

Antoine Faure et Franck Gaudichaud, « Continuité, marketing et gouvernabilité. Les lignes de fuites de la transition démocratique chilienne dans No ». 

Juan Carlos Baeza Soto, « Chili, travail de mémoire : soldes à tous les étages, d’après No de Pablo Larraín ».

Camille Pouzol, « Estrategias de Pop Política en No de Pablo Larraín »

Benoît Santini, « Imaginaire et réalité historique : campagne référendaire et plébiscite de 1988 dans No de Pablo Larraín ».

 

Marianne Bloch-Robin, « L’ambivalence de la musique dans No de Pablo Larraín : entre empathie libératrice et mise à distance ».

Dominique Casimiro, « D’un écran à l’autre : télévision, publicité et cinéma dans No de Pablo Larraín ».

Sabrina Grillo, « Image de pouvoir et pouvoir de l’image dans le film No de Pablo Larraín : entre fiction et réalité ».

Claire Latxague, René Saavedra : un avatar hollywoodiano ».

couv_regards_sur_no

Lire Quino

Après plusieurs années de réécriture – par intermittence – j’ai le plaisir de vous annoncer la parution de ma thèse aux Presses Universitaires François Rabelais de Tours, dans la merveilleuse collection Iconotextes.

Merci pour leur soutien et leur patience à Laurent Gerbier et à Samuel Leturcq. Toute ma gratitude à Charlotte Boutreux pour sa disponibilité et la qualité de son travail d’édition.

Une pensée pour Michel Lafon.

couvQuino-dosOK.indd

Exif_JPEG_PICTURE
Exif_JPEG_PICTURE
Exif_JPEG_PICTURE
Exif_JPEG_PICTURE
Exif_JPEG_PICTURE
Exif_JPEG_PICTURE
Exif_JPEG_PICTURE
Exif_JPEG_PICTURE
Exif_JPEG_PICTURE
Exif_JPEG_PICTURE
Exif_JPEG_PICTURE
Exif_JPEG_PICTURE
Exif_JPEG_PICTURE
Exif_JPEG_PICTURE
Exif_JPEG_PICTURE
Exif_JPEG_PICTURE
Exif_JPEG_PICTURE
Exif_JPEG_PICTURE
Exif_JPEG_PICTURE
Exif_JPEG_PICTURE
Exif_JPEG_PICTURE
Exif_JPEG_PICTURE

Diagnostics

couv-Diagnostics-1200px

En novembre dernier est paru Diagnostics de Diego Agrimbau et Lucas Varela aux éditions Tanibis. Fidèle à sa ligne éditoriale exigeante et inventive, l’éditeur lyonnais publie le fruit d’une collaboration de plusieurs années entre le dessinateur et le scénariste argentins autour de six récits brefs à contrainte. Les héroïnes de ces histoires souffrent chacune d’un trouble psychique ou sensoriel qui modifie leur perception de la réalité et leur rapport au monde. À chaque maladie est associée un exercice d’expérimentation autour d’un mécanisme de la bande dessinée : mise en page, onomatopées, représentation du mouvement… Commencée en Argentine pour la revue Fierro et achevé pendant leur résidence à la Maison des Auteurs d’Angoulême, Diagnostics est une œuvre qui offre une grande variété de styles graphiques et une rigueur d’écriture qui mettent en avant quelques-unes des infinies possibilités narratives qu’offre la bande dessinée. Après le livre palindrome Tremblez enfance Z46 d’EMG et l’opus oubapien Ressac de Choi Juhyun et L.L. de Mars, voici donc un nouvel ouvrage ambitieux et fascinant.

Première parution des éditions Insula

Le Degout_couv

Les éditions Insula, ont pour vocation de diffuser la bande dessinée et les arts graphiques latino-américains. Le Dégoût, de Dante Ginevra et Diego Agrimbau, inaugure ce projet éditorial en commençant par l’Argentine. Récit intimiste et atypique, Le Dégoût raconte la rencontre entre Dani et Nati et leurs petits arrangements avec la solitude, le handicap et un certain déséquilibre.

Pour plus d’informations : http://www.editions-insula.com/.

Cet ouvrage a reçu le soutien du Programme « Sur » du Ministère des Affaires étrangères, du Commerce international et du Culte de la République argentine.

Gorgonzola nº 17

Le dernier numéro de Gorgonzola est de nouveau la preuve que la bande dessinée indépendante argentine est bel et bien présente sur le vieux continent et qu’elle tisse des liens étroits avec les éditeurs de bon goût !

Pour ce nº 17, trois auteurs argentins aux personnalités graphiques fortes : Gustavo « Jeneverito » Deveze, habitué de Gorgonzola depuis plusieurs années ; Darío Fantacci et Pedro Mancini, qui ont intégré la revue depuis le dossier spécial « Bande Dessinée argentine » du nº 16.

***

El último número de Gorgonzola es una prueba más de la presencia de que la historieta independiente argentina está bien presente en el viejo continente y teje lazos estrechos con los editores con gusto.

En este nº 17, tres autores argentinos con personalidades gráficas muy fuertes: Gustavo « Jeneverito » Deveze, habitué de Gorgonzola desde varios años; Darío Fantacci y Pedro Mancini, que han integrado la revista desde el dossier especial « Bande Dessinée argentine » del nº 16.

Paolo Pinocchio

Je suis heureuse de vous annoncer que, ce mois-ci, les éditions Tanibis font paraître Paolo Pinocchio de Lucas Varela, traduit et post-facé par mes soins. Il s’agit de la première œuvre en solo du dessinateur argentin, déjà connu en France pour ses collaborations avec Carlos Trillo.

Extrait du texte de présentation :

« Maudit pantin défiant les lois de l’Homme et de l’Enfer, Paolo Pinocchio promène son cynisme du royaume des morts à celui des vivants, traversant les époques et les imaginaires mythiques. De l’enfer dantesque, à la Venise de Casanova, en passant par l’univers des contes de fées, chacune de ses aventures est l’occasion de montrer un monde grouillant de débauche où il n’est de salut pour personne. Les péripéties de Paolo Pinocchio mêlent allègrement les représentations traditionnelles du vice et de la vertu à la satire de l’époque contemporaine ».

Varela vient d’entamer sa seconde résidence à la Maison des auteurs d’Angoulême pour se consacrer à sa prochaine œuvre d’auteur complet et terminer un recueil d’histoires courtes, réalisées avec le scénariste Diego Agrimbau.

***

Me alegro de poder anunciarles que, este mes, las ediciones Tanibis publican Paolo Pinocchio de Lucas Varela, traducido y posfaciado por su servidora. Se trata de la primera obra en solitario del dibujante argentino, ya conocido en Francia por sus trabajos en colaboración con Carlos Trillo.

Fragmento del texto de presentación:

« Maldito muñeco que desafía las leyes del Hombre y del Infierno,  Paolo Pinocchio pasea su cinismo del reino de los muertos al de los vivos, atravesando las épocas y los imaginarios míticos. Del infierno dantesco a la Venecia de Casanova pasando por el universo de los cuentos de hadas, cada una de sus aventuras permite mostrar un mundo hormigueante de desmadre donde no hay salvación para nadie. Las peripecias de Paolo Pinocchio mezclan alegremente las representaciones tradicionales del vicio y de la virtud con la sátira de la época contemporánea ».

Varela acaba de inaugurar su segunda residencia en la Maison des auteurs de Angoulême para dedicarse à su próxima obra de autor completo y acabar una compilación de historias cortas, realizadas con el guionista Diego Agrimbau.